^



Les premiers 30 ans d'activité

Comme c'est le cas des Bonsaï, tout est commencé en 1982 avec un petit magasin à Münster dans la Weseler Straße 57, qui devint bientôt un lieu de rencontre pour la communauté locale des Bonsaï. Depuis, le Bonsai-Zentrum a grandi pour couvrir une surface de 6.000 m² avec 12 collaborateurs et est devenu une des plus importantes entreprises de cette branche en Allemagne.

Annonces de l'ouverture du magasin Le magasin à Münster Le magasin à Münster
     
Le magasin à Münster Bundesgartenschau (Exposition
fédérale des Jardins), 2003
bonsai.de - Page d'accueil, 2005
     
Construction du nouveau bâtiment à Ascheberg, 2007

 

Wolfgang Klemend

Formation à l'haute école spécialisée de Osnabrück, il a obtenu le diplôme d'ingénieur, branche architecture des jardins et aménagement des espaces verts. Ensuite, responsable pendant 5 ans dans une entreprise paysagiste. C'est durant cette période qu'il se rapproché au monde du Bonsaï.
En septembre 2003 il commence une formation avec Hideo Suzuki et Keizo Ando selon le programme scolaire de la Fédération des Écoles Bonsa? Japonaises auprès de l'école “Scuola d'Arte Bonsai” qui lui permet d'obtenir le certificat d'instructeur habilité.


Comment est né votre intérêt pour les Bonsa??
J'ai reçu mon premier Bonsa? en cadeau il y a 30 ans. À l'époque, la littérature allemande sur la culture des Bonsa? existait à peine mais j'ai malgré tout décidé de l'entretenir et, grâce à mes connaissances en matière de jardinage, il a survécu. Dans le temps, mon intérêt toujours grandissant m'a permis de faire de mon hobby un métier et d'ouvrir un magasin spécialisé en Bonsa?. La petite entreprise individuelle est dévenue aujourd'hui le Bonsai-Zentrum Münsterland.

Entre-temps, vous êtes devenu instructeur de Bonsa?. Quel a été votre parcours de formation?
J'ai fait une formation de six ans avec un Maître japonais qui a enseigné en Europe après les études traditionnels. Selon l'intensivité des cours, elle été organisée chaque année pendant le weekend. Maintenant je peux enseigner moi-même et je propose des cours tout à fait similaires auprès du Bonsai-Zentrum.

Comme on dit, „un Bonsa? ne sera jamais accompli”. Est-que cela s’applique également à votre cours de formation?
Oui, absolument, on apprend à tout âge! Chaque année je propose d'autres formations. Mon rêve est de partir six mois au Japon et y travailler avec un Maître Bonsa? afin d’apprendre cet art plus en profondeur et de première main. Au Japon, il existe encore aujourd'hui une culture du bonsaï totalement différente, où un Maître Bonsa? occupe la position d'un artiste estimé.

Qu'est ce qui vous fascine de l'art du Bonsaï?
Le fait qu'on peut continuer à travailler un Bonsaï et l'ameliorer sans pratiquement le jamais accomplir, pas, en tous cas, dans le sens comme un peintre ou un sculpteur auront un jour accompli leurs œuvres d'art. Travailler ces arbres est une activité sans fin. Cet aspect pourrait dissuader certaines, alors que ça me fascine. Enfin, avec un Bonsaï on est toujours en quête de perfection, même quand il s'agit de choisir le pot que lui convient le mieux. Après plus de 30 ans, cette activité me procure encore beaucoup de plaisir. Pendant une si longue période on développe une relation étroite avec les plantes et on arrive à comprendre parfaitement quand elles nécessitent d'attention ou pas. On reçoit aussi beaucoup en retour de la part d'un Bonsaï: on apprend à patienter et travailler avec mes arbres fait du bien à ma paix intérieure.

Pour des raisons professionnelles, vous êtes entouré tout au long de la journée de Bonsa?; mais est-ce que vous en avez chez vous?
Oui, j'en ai douze à la maison, tous d'extérieur, et certains depuis très longtemps. J'y tiens particulièrement, ils sont presque des enfants éduqués par moi- même! La pluspart ont été créés en prélevant un arbre dans la nature (Yamadori) ou à partir d'un jeune plant.

 

Ingo Klemend

Formation à l'Université de Münster où il est diplômé d'études commerciales. Aujourd’hui, il conduit l’entreprise avec son père où il rentre en 2006 après ses études et où il a grandi au cours des années.

Comment est né votre intérêt pour les Bonsa??
Évidemment, je dois remercier mon père pour les tout premiers contacts avec les Bonsaï. Depuis tout petit, j'aidais dans le magasin et j'avais la permission de travailler les plantes. J'ai grandi avec l'entreprise et j’ai vu combien d’amour et d'effort il a mis dans son activité. Plus tard, pendant mes études, j'ai aidé dans le magasin et j’ai progressivement familiarisé avec les activités commerciales quotidennes. Nous avons finalement décidé de continuer ensemble.

Vous avez un diplôme en sciences économiques et gestion. Convient-il aux Bonsa??
Je pense que oui, qu'est-ce que c'est qui ne convient pas aux Bonsa?? À mon avis, l'art du Bonsa? correspond à une philosophie. Aucune expérience ou formation préalables sont nécessaires. Ceux qui s'intéressent et se montrent engagés peuvent réaliser de très beaux arbres. Je suis principalement en charge des activités commerciales mais sans connaissance préalable sur les Bonsa? je ne serais pas en mesure de faire mon travail. Observer mon père au cours des années c'est certainement ce qui m'a aidé le plus.

Est-ce qu'il vous arrive d'avoir des tensions en travaillant ensemble?
Au contraire, nous nous complétons parfaitement. Je pense que c'est aussi la recette de notre succès. De lui, j'ai appris qu'il faut trouver beaucoup de courage et engagement afin d'avancer. Chaque jour il y a tellement à faire que tous les deux nous avons plein de tâches à accomplir. Il est donc important de se partager les tâches et de pouvoir compter sur l'autre.

Le commerce existe déjà depuis 30 ans. Et maintenant?
C'est surtout ces dernières années que nous avons beaucoup investi afin de garantir à notre clientèle, à côté de produits d'haute qualitè, une ambiance particulièrement agréable. Nous avons l'intention de maintenir un contact très proche avec nos clients et d'élargir notre sortiment. Je suis certain que, ensemble avec nos collaborateurs , nous pourront réaliser avec succès nos nombreuses idées.